TRANCHES DE SCENES n6 TRANCHES DE SCENES
Rencontre avec Eric Nadot
(voir un extrait du DVD)

 

-Eric parle moi de l'association "Tranches de scènes" ? Comment est-elle née? Le principe de TDS ?

Je crois que le mot clef pour TDS c'est "partage". Partage de moments forts au delà de l'instant présent par la vidéo, partage de la scène par les artistes, partage de public, partage d'information ... L'envie de remplir les salles (en toute humilité) de dire aux gens "voyez à quoi cela ressemble et allez voir la suite". Mettre dans la télé le temps d'une découverte des rtistes qui n'y passent jamais et donner envie ensuite de guetter leurs passages "en vrai". Pour cela on demande à un artiste principal de parler de son métier, de son expérience et on illustre ses propos avec des chansons filmées sur scène. Ce ne sont pas des clips, c'est du reportage. On demande aussi à cet artiste de parler des gens qu'il apprécie et on va les filmer de sa part pour ajouter une de leurs chansons. Au final cela fait entre 1h30 et 2h15 (ce n'est pas formaté) de reportage avec et autour de l'artiste principal. On a commencé avec Anne Sylvestre puis Xavier Lacouture, Claude Semal, Serge Utgé-Royo, Gérard Morel et on va sortir en janvier 2008 le n°6 autour de Sarcloret. Il y a donc aussi un côté collector, témoignage, archivage. La télé faisait un peu ça à une certaine époque quand Brassens invitait ses amis autour de lui pour une soirée.

-Comme 3-2-1-chansons, TDS ne s'intéresse qu'à la bonne chanson Française et à des artistes peu médiatisés .... le pari n'est-il pas trop osé ?

Alors bien sur le pari est osé mais il en vaut la peine, il faut juste essayer de ne pas s'essouffler en route parce que c'est long,très long à lancer. Justement parce que ces artistes là manquent de visibilité. En mettant bout à bout toutes nos solitudes on pourrait se sentir un peumoins effrayés... et remplir des salles, peut-être virtuelles au début (chacun devant sa télé) mais cela doit déboucher sur de vrais rencontres, le plaisir d'aller au spectacle ensemble alors que 2 ans plus tôt on ne se connaissait pas, peut-être de provoquer des soirées comme cela se fait de plus en plus ici et là.

Combien comptes-tu d'adhérents actuellement et combien en faudrait-il pour  que ton projet aboutisse et soit viable ?

Nous avons actuellement 600 adhérents. Entre 1000 et 1200 il y aurait une sorte de palier ermettant de travailler plus sereinement. A 2000 on peut penser que l'aventure devrait durer vraiment et à 3000 il y a d'autres idées qui viendront enrichir l'aventure.

-Pour terminer, donne moi de ton sentiment sur l'avenir de la chanson Française ?

L'avenir de la chanson ??? Je n'en ai aucune idée. La chanson non crétinisante est en grande partie étouffée par l'autre, celle pour laquelle tout est tellement clair qu'à la fin il ne reste que du vent. Cette chanson là n'a aucun avenir mais elle occupe le terrain. La chanson de 3-2-1- chansons ou de TDS laissera des traces pourvu qu'elle arrive à exister. Brassens est intemporel, Anne Sylvestre est furieusement ancrée dans le présent mais chante sans problème certaines de ses chansons qui ont 50 ans, il y a des écoles Anne Sylvestre ... ses chansons dureront, elles ont de l'avenir. Mais c'est vrai qu'autour d'elle et de quelques grands le ménage a été fait. On essaye donc de combler le vide à la mesure de nos moyens. De toutes façons la chanson doit absolument aller à la rencontre des gens. Plein d'associations font ce travail là, tisser des liens, créer des passerelles, je crois aux échanges,au partage.Cela dit, comme le chante Xavier Lacouture : on sait bien comment ça finira, avant d'retourner au carbone, on fanfaronne.

Bonne route à toi ERIC et à " Tranches de scènes ", tu es un des bienfaiteurs de la "Bonne chanson Française" merci pour ce que tu fais pour elle.....

Si vous voulez plus de renseignements, adhérer, commander, ect , cliquez ici .

La " Chanson du pain " de Philippe Forcioli illustre cette page.





 
Créé avec Créer un site
Créer un site