FABIENNE 
MARSAUDON

Photo Lauren Pasche
 
RENCONTRE AVEC FABIENNE MARSAUDON
-Le coup de coeur 2014 de 3-2-1-chansons-

Il est des artistes que l'on regrette de ne pas avoir connus plus tôt !
 Fabienne fait partie de ceux-ci. Comment est-il possible d'avoir attendu aussi longtemps ?

 Bien sûr, ils sont encore nombeux les "talents d'or" cachés tout au fond de leur région ( la Bretagne en  l'occurence), mais cette pépite là est particulièrement brillante !

 Alors... je n'ai pu résister à l'idée de lui poser mes sempiternelles questions ! Mais au-delà de cette   rencontre, il y aurait tellement de choses à dire . Allez donc voir son site et puis aussi le bel article que lui a consacré Michel Kemper pour "Nos Enchanteurs"...

Mais, surtout allez la voir si elle passe dans votre région , c'est une artiste rare !
Comme le dit Michel Kemper "  On ne sort pas indemne d’une rencontre avec les chansons de Fabienne Marsaudon".  
 
 Et s'il fallait vous convaincre encore...cette belle vidéo

Allez, venez... je vous emmène à la rencontre de Fabienne !
   
 

Fabienne , c'est surtout à l'auteure que je m'adresse aujourd'hui . Te souviens-tu de l'écriture de ta première chanson ?

Oui...Et c'est un souvenir déchirant...

J'avais 16 ans, nous avions de grands amis très proches de mes parents qui vivaient un drame, leur dernière petite fille Isabelle, qui n'avait pas deux ans fut atteinte d'une tumeur au cerveau...Cette petite fille était dans le coma et j'ai été si choquée de ce drame que ce tout premier texte qui s’appelait « Envoles toi » est sorti comme un cri...ou presque une prière ...

C'est ma première rencontre avec la mort, peut être la plus cruelle et révoltante, celle d'un enfant.

Comment pratiques-tu.......as-tu une méthode de travail ?

As-tu un ordre bien défini , paroles puis musique ? La rythmique et la mélodie te « trottent »-elles ensemble dans la tête ?

Il n'y a pas de règle...Souvent les mots arrivent avec leur mélodie, mais parfois je peux lire un poème et il se chante tout seul dans ma tête (ce fut le cas notamment avec les poèmes de Rainer Maria Rilke l'album que je lui ai consacré est né en ouvrant un recueil …) ou écrire un texte « nu » qui ne trouvera « chaussure musicale » à son pied que des mois voire des années après ! Et parfois c'est une mélodie qui appelle les paroles...

La page blanche te hante t-elle ?

Non, vraiment. Non pas parce que je ne doute pas de moi mais simplement parce que j'ai une relation différente avec l'écriture...En fait je n'ai jamais vraiment l'impression d'écrire, ni de chercher, en fait j'ai plutôt l'impression que ce sont les textes qui me trouvent !!

As-tu des périodes privilégiées pour écrire ? Peux-tu écrire à la demande ?

J'aime veiller assez tard, et l'espace entre minuit et 2h du matin est un moment que j'aime, j'y rencontre une densité de silence propice à l'écriture...

Est-ce que je peux écrire sur demande... Je dois réfléchir...car en fait cela dépend de la demande ! Par exemple la chanson Quand elle passe (clip vidéo sur Youtube) a été écrite suite à la demande d'une amie qui œuvre beaucoup pour les femmes, elle m'a dit un jour : « J'aimerais tant que tu écrives une chanson qui parlerait de l'amour dont les femmes dans le monde sont capables... » Ce thème immédiatement a déclenché l'écriture... Je pense qu'elle a dit les mots qu'il fallait pour que « tombe la chanson, comme un fruit déjà muri en moi sans doute depuis longtemps... Mais si on me donne un sujet qui ne fait aucun écho en moi, je suis incapable de faire une chanson même si je tente avec toute la pratique que je pourrais essayer d'utiliser.

Ecrire est-il vital pour toi?

Je ne sais pas, je n'ai jamais vraiment été privée d'écriture.. Je dirai essentiel plus que vital.

Les périodes d'écritures sont-elles exaltantes ou déprimantes ?

Exaltantes !!!

Si tu devais donner un seul conseil à un débutant parolier , ce serait lequel?

J'anime depuis plus de dix ans des ateliers d'écriture pour des enfants, des adolescents et des adultes à l'école de musique d'Hennebont en Bretagne. Je suis entourée d'apprentis auteurs-compositeurs ! J'ai coutume de les accueillir en leur disant qu'après les centaines de chansons que j'ai composées, je ne sais toujours pas comment on écrit une chanson ! Je crois que l'art échappe à la méthode, ce que je leur enseigne c'est d'aménager les conditions qui favorisent l'éclosion d'une chanson, j'essaie de transmettre la posture intérieure qui permet l'écriture, cette confrontation à soi même, ce moment de vérité dans le face à face avec une exigence intérieure qui cherche à s'exprimer...Alors le premier conseil serait : oser être soi.

Ta chanson préférée ( dans le patrimoine de la chanson )?

Cruel dilemme ! Je crois que je vais dire La chanson des vieux amants de J. Brel. Pur chef d'oeuvre selon moi.Mais avec Brel, c'est la multiplication des chefs d'oeuvre !

Te sens-tu plus Auteure que Compositrice ? Estimes-tu que la musique et les arrangements soient aussi importants que le texte ?

Avant toute chose je me sens plus « mélodiste » que compositrice. J'attrape un air comme un chasseur de papillon dans son filet...le compositeur pour moi c'est l'architecte qui construit une pièce musicale... Les chansons ce sont des poèmes en petite robe légère souvent... Le « compositeur » qui marche à mes côtés c'est surtout Michel Précastelli qui orchestre chacun de mes albums depuis 27 ans ! Il reçoit mes chansons toutes « bruptes », comme des pierres non taillées et il sait en révéler la lumière! Je ne reconnais plus mes chansons quand elles ressortent de son piano et des harmonies qu'il trouve pour elles, je les redecouvre, toute parées des beaux arrangements qu'il sait écrire. L'orchestration est un art qui me passionne. Je m'y implique beaucoup, pour rien au monde je ne manquerai la magie de ce travail. Rares sont les grands arrangeurs et j'ai le grand bonheur d'avoir croisé la route de Michel sur la scène de L'Olympia en première partie des spectacles d'Yves Duteil dont il était le pianiste.C'était il y a 27 ans ! Une alliance qui dure !

Quel impact voudrais-tu que tes propres chansons aient auprès des gens ? Quelle est la mission de tes chansons ?

Il me vient ces vers de Rainer Maria Rilke que je chante à la fin du récital que nous lui avons consacré, ils disent tout ce que j'espère semer: 
« Je voudrais devenir pareil au Très Secret

Ne plus jamais former de pensées sous mon front

Que dans mes rimes toute nostalgie s'enferme

N'avoir dans mes regards qu'une douceur qui germe

Et que mes silences donnent le frisson... »

Que penses-tu de la mise à l'écart  « médiatique » d'ACI comme toi ou d'autres de tes collègues comme J. Bertin , M.Benin, Michèle Bernard par ex , ou bien Laurent Berger pour la nouvelle génération ?

Je pense que dans un monde de marchands, l 'argent est le seul Dieu, il vaut peut-être mieux être mis à l'écart d'un monde avec lequel on a des incompatibilités « structurelles ». Je crois que tout système décentré frappe un jour sa limite. Le public n'est pas qu'un troupeau de moutons qui achète ce qu'on lui dit d'acheter. Il a soif de qualité, de poésie, de profondeur. Internet est notre chance à tous et ton initiative, cet espace que tu offres à la parole d'artistes constitue un des « contrepoids » que l'on voit émerger face à ce monde culturel qui s'épuise de s'être détourné de sa mission fondamentale : émerveiller, nourrir l'âme...La culture n'est pas un « marché «  voué au profit ou à la rentabilité, les artistes ne sont pas des « produits » à mettre en concurrence...Il leur faut du temps, de l'espace, de la liberté, tout ce qu'un monde de comptables ne peut offrir !

Quel regard poses-tu sur la chanson française actuelle, son évolution , son avenir ?

Je la trouve « palotte », c'est quand même triste que notre génération ne voit plus émerger des Brel, Ferrat, Barbara, Ferré, Brassens.. Il faut regarder nos étoiles pour retrouver le goût de la vraie lumière...Nous nous appauvrissons dangereusement. Notre époque toute éprise d'instantanéité se disperse et oublie la profondeur, la subtilité... Paradoxalement nous sommes très « connectés » mais coupés de nos sources et finalement de la véritable rencontre humaine... La chanson française actuelle reflète le malaise de chacun, je ne sens ni émergence, ni « souffle »... Il y a de beaux artistes et des auteurs de talent qui poursuivent leur route mais ce sont des héritiers... Le maître-mot de nos médias c'est souvent le « divertissement », quelle émission de télé sert aujourd'hui la découverte d'auteurs compositeurs ? Quelle chanson la France entière connaît elle par cœur, comme elle pouvait chanter du Ferrat ou du Brassens...Et quelle chanson française aujourd'hui voyage et parle au cœur d'étrangers comme de grandes chansons de Piaf ou d'Aznavour qui ont su connaître des succès ailleurs qu'ici ???

Je pense qu'il faut de façon urgente se tourner non pas vers le passé mais vers le Haut !

Y a t-il une question à laquelle tu aurais aimé répondre ....et que je ne t'ai pas posée ?

Je pense à une question que je me suis posée souvent...A quoi sert une chanson ?

Il m'arrive d'ouvrir mes spectacles par la très belle chanson « Utile » de Julien Clerc...Et le refrain m'enchante : Je veux être utile, à vivre et à rêver.

Je crois qu'une chanson sert à transformer une émotion « enkystée » en un oiseau libre.. ; Même la plus douloureuse de nos peines d'amour s'envole avec grâce. Même la plus poignante des douleurs devient un espace qui prend dans ses bras toutes les douleurs des cœurs qui la rencontrent.. ; Une grande chanson, c'est ça, elle vous prend dans ses bras et elle console VOTRE histoire en vous chantant la sienne...

Merci Fabienne pour ta disponibilité.

Merci à toi et de grandes pensées amicales pour tous tes « fidèles »...

Michel LAGARDE

 




 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site