RENCONTRE AVEC
 
PASCAL RINALDI

( Photo Mercedes Riedy)

Pascal Rinaldi, auteur, compositeur, interprète, arrangeur autodidacte, a d'abord été libraire pour faire sérieux (pas longtemps),,,,puis il a quitté les livres pour entrer dans la chair des mots, y mettre des notes et les enrober de sons . Pour écouter quelques unes de ses chansons , son myspace  .

Outre ses propres chansonsplusieurs albums  à son actif, il collabore à de nombreux projets, prêtant sa plume, ses mélodies, ses arrangements à d'autres chanteurs, d'autres projets en musique ou en théâtre, au gré des rencontres, des amitiés, des coups de coeur ou simplement pour mettre du beurre dans les épinards. 

Aujourd'hui c'est à l'Auteur que 3-2-1 chansons s'intéresse....... et Pascal a bien voulu répondre à quelques unes de mes questions :

Pascal,depuis quand écris-tu et qui t'as donné l'envie d'écrire ?

J'écris depuis l'âge de 15 ans. Des poèmes d'abord. J'étais sensible à la poésie de ceux qu'on appelle "les poètes maudits", Beaudelaire, Rimbaud, Verlaine. Etrangement je suis venu à la chanson française par des chanteurs anglophones. J'écoutais beaucoup Léonard Cohen, et Dylan aussi. Sans trop comprendre tout ce qu'ils disaient, j'étais envouté par cette musique et j'y projettai mes propres images.
Plus tard quelqu'un comme Maxime Le Forestier m'a donné envie d'écrire des chansons. Mais celui qui me fascine toujours reste Léo Ferré. On revient à la Poésie, c'est au delà de la chanson pour moi.
Comment pratiques-tu.......as-tu une méthode de travail ?

Cela n'est pas la même méthode en fonction de si c'est une chanson pour moi, ou si c'est une commande.
Quand c'est pour moi, je ne m'impose rien, c'est l'idée qui s'impose, qui vient d'elle-même. Je n'écris pas une chanson pour écrire une chanson. Le texte peut venir très vite dans sa forme quasi définitive, ou alors parfois cela peut prendre du temps, des jours, des mois, voire des années. Je laisse l'idée macérer, se nourrir d'elle-même. Mais je remarque que les chansons écrites rapidemment sont souvent les meilleures, parce que issues d'une fulgurance.

Où trouves-tu ton inspiration et quels sont tes thèmes préférés?
 
C'est une introspection. J'aime parler de l'humain, dans ses rapports aux autres, dans nos contradictions, nos failles, nos félures. C'est ce qui rend l'Homme si attachant. Parler de soi, de manière intime, toucher le noyau, fait que le propos devient universel.
J'aime de moins en moins les chansons dites "légères" parce que j'ai besoin d'être remué.

As-tu un ordre bien défini , paroles puis musique ? La rythmique et la mélodie te « trottent »-elles déjà dans la tête ?

Le plus souvent un bout de texte vient en même temps que sa musique. Après il convient de tirer le fil et de le structurer.
Mais il m'arrive aussi de mettre un texte sur une musique. Et si le texte précède il est souvent accompagné d'une rythmique interne.
Tout les cas de figures sont possible.

La page blanche te hante t-elle ?

Face à la page blanche je ne m'acharne pas. ça vient ou ça vient pas. Quand ça ne vient pas je passe à autre chose, ou alors je vais marcher, ou je prends le volant. J'ai remarqué que souvent les idées viennent lorsque le cerveau est occupé à autre chose, comme si le lâcher-prise donnait libre cours à l'imaginaire. Le cerveau rationnel étant pris par d'autres préoccupations, il fout la paix à l'inconscient qui peut s'exprimer librement.

As-tu des périodes privilégiées pour écrire ? Peux-tu écrire à la demande ?

Non, ça peut venir n'importe quand, parfois au réveil, parfois tard dans la nuit, mais il faut avoir un certain laps de temps sans être trop dérangé.
Ecrire à la demande, oui c'est possible. Mais à ce moment-là il s'agit plus de l'exercice de style.

Ecris-tu pour d'autres ?

Oui j'écris pour d'autres, et je crois pouvoir me mettre assez facilement dans la peau d'un autre en saisissant rapidemment sa sensibilité.

Ecrire est-il vital pour toi?

L'écriture me permet je pense d'éviter une forme d'aliénation. C'est thérapeutique, un besoin physique, une manière d'exister.

Les périodes d'écritures sont-elles déprimantes ou euphorisantes ?

C'est un curieux mélange de doute, d'excitation et de soulagement. Comme une envie de se gratter...

Si tu devais donner un seul conseil à un débutant parolier , ce serait lequel?

Faire confiance aux mots, en leur charge émotionnelle. En faire ses amis.

Ta chanson préférée ?

La mémoire et la mer, de Léo Ferré. Il y a tout ce que je recherche dans cette chanson. C'est un travail d'alchimiste. Chaque mot, chaque phrase sont des tiroirs dans lesquels on peut aller puiser ses propres émotions

Te sens-tu plus Auteur que Compositeur ? Estimes-tu que la musique et les arrangements soient aussi importants que le texte ?

C'est un tout. Pour moi une chanson est avant tout une image, et chaque élément porte l'autre. C'est une osmose. Une musique trop compliquée, un arrangement trop chargé peuvent réduire à néant un bon texte.

Pour terminer, comment vois-tu l'avenir des ACI comme toi (ceux qui colportent la bonne chanson Francophone ) qui sont mal reconnus par les médias ?

On est dans un contexte plutôt déstabilisant. Les nouveaux médias, la façon différente de "consommer" la musique, la mort annoncée du cd est très perturbante. On a l'impression que la musique devient gratuite pour tout le monde. Ce qui en soit pourrait être réjouissant et "démocratique", mais pour les artistes c'est un probléme. Comment continuer à gagner sa vie, à produire des albums, à avoir une démarche globale, si ce n'est que viser titre par titre, des chansons téléchargeables isolées de leur contexte. J'avoue me sentir un peu perdu là dedans pour l'instant. On est de loin pas dans un "développement durable". J'espère que nous trouverons des solutions pour palier à ce marasme.


Y a t-il une question , à laquelle tu aurais aimé répondre et que je ne t'ai pas posée ?

L'important est de continuer à se poser des questions.

Merci Pascal pour ta disponibilité 

Michel Lagarde




 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site