RENCONTRE AVEC PIERRICK 
VIVARES ....

Visuel de son très beau cd  
"Transports en commun"


Renseignements pour le commander : 
sur son
site
 

RENCONTRE AVEC Pierrick VIVARES POUR 3-2-1-CHANSONS

Depuis quand écris-tu et qui t'as donné l'envie d'écrire ?

J'écris seulement depuis 2010. L'envie d'écrire est venue avec l'envie de chanter, mon père écrivais beaucoup, j'ai toujours été amoureux des mots, sans forcément retranscrire cela sur le papier.

Comment pratiques-tu.......as-tu une méthode de travail ?

Je n'ai pas à proprement parlé une méthode de travail. Lorsque j'ai commencé à fabriquer des chansons, je démarrais du texte, puis au bout de quelques vers se dessinait un rythme, une mélodie, et la chanson se construisait comme cela.

Aujourd'hui, je peux partir autant d'un texte que d'une musique, d'une mélodie, d'improvisation etc...

Ou trouves-tu ton inspiration et quels sont tes thèmes préférés ?

L'inspiration comme tu dis est tout autour de nous, tous les jours, à chaque minutes. Que ce soit dans les observations que l'on peut faire du monde qui nous entoure, des autres, de notre propre vie, mais aussi de tout ce qui se passe à l'intérieur de nous, nos bonheurs, nos conflits intérieurs, tout ce que la magique et maudite machine que l'on appelle cerveau peut nous faire croire ou penser, et tout ce que « le coeur » vie aussi.

Je n'ai pas nécessairement de thème préféré, par contre, j'aime bien mettre le doigt là où ce n'est pas forcément très agréable, j'ai du mal à faire des chansons pour dire que tout va bien dans le meilleur des mondes, d'une part parce que ça serait faux, et d'autre part car quand tout va bien, je me contente de vivre l'instant sans le commenter, afin de ne pas le gâcher... Je préfère essayer de sublimer le moins beau.

Est-ce que ta gomme est un instrument utile pour écrire ?

La gomme n'est pas un instrument que j'utilise car je pars du principe que même si les mots que je pose ne sont pas les bons pour une chanson, ils peuvent l'être pour une autre. Si ces mots sortent de ma tête, de ma plume (bien que n'utilisant pas d'encrier...), c'est qu'il y a bien une raison, et qu'il me serviront certainement plus tard, en chanson ou autrement. Du coup je raye, mais ne gomme pas.

As-tu un ordre bien défini , paroles puis musique ? La rythmique et la mélodie te « trottent »-elles déjà dans la tête ?

Comme je l'ai répondu à la 2ème question, pas de règle bien définit, cela dépend vraiment du moment, de l'humeur, du thème, etc etc...

La page blanche te hante t-elle ?

La page blanche ne me hante pas, elle me ronge ! Je ne suis pas comme certain à écrire tous les jours, j'ai mes périodes, et dans les périodes où je n'écris pas, oui, la page blanche me ronge un peu, mais plus c’est le cas, et plus on se bride pour écrire. Je pense qu'avec le temps et l'expérience, tout cela s'estompera.

As-tu des périodes privilégiées pour écrire ? Peux-tu écrire à la demande ?

Je peux écrire à la demande mais avec un maximum de contrainte. A chaque fois que j'ai écris pour d'autres, j'avais un thème imposé, ou un style d'écriture, ou une phrase d'accroche, bref, des contraintes qui orientent déjà un peu l'écriture.

Ecris-tu pour d'autres ?

Ça m'arrive de temps en temps lorsqu'on me le demande oui, mais ce n'est que très ponctuel.

Ecrire est-il vital pour toi?

Pour moi, écrire est comme peindre, danser, courir, collectionner, méditer, parler, faire du cheval ou faire de la cuisine, c'est un mode d'expression parmi tant d'autres, et comme beaucoup de monde, j'ai besoin d'exprimer ce que je pense et ressent, pour évacuer un peu et partager.

Les périodes d'écritures sont-elles exaltantes ou déprimantes ?

Les 2 mon capitaine !

Si tu devais donner un seul conseil à un débutant parolier , ce serait lequel?

Etant moi même débutant il me paraitrait prétentieux de donner des conseils, cependant, j'aurai bien aimé qu'on me répète sans cesse de ne pas trop réfléchir en écrivant, c'est quand on réfléchit trop que les idées butent contre le mental et ont du mal à s'exprimer. Mais ce qui est vrai pour moi ne l'est pas forcément pour les autres.

Ta chanson préférée ?

Je n'ai pas à proprement parlé de chanson préférée. A partir du moment où j'écoute une chanson, puis la réécoute, c'est qu'elle me plaît beaucoup. En ce moment j'écoute beaucoup 2 disques : « Un Homme » d'Albin de la simone et « Clair » de JP Nataf

Te sens-tu plus Auteur que Compositeur ? Estimes-tu que la musique et les arrangements soient aussi importants que le texte ?

Je me sens tout autant auteur que compositeur. Lorsque l'on me demande « Tu fais quoi dans la vie ? » je répond d'ailleurs plutôt : « Je suis musicien ». Je fais de la musique, sur laquelle je pose des mots, je raconte des histoires, donne des opinions. Pour qu'une chanson soit réussie, on ne peut donner plus d'importance au texte face à la musique ou inversement.

Pour terminer, comment vois-tu l'avenir des ACI comme toi (ceux qui colportent la bonne chanson Française) qui sont peu, pas ou mal reconnus ? Plus précisément un ACI comme toi peut-il vivre correctement de son Art aujourd'hui ?

Es tu prêt pour une longue réponse ?;-)

Tout d'abord, je ne pense être ni dans la bonne ni dans la mauvaise chanson française car je ne sais pas où se situe la limite entre les deux. Je sais que je fais de la chanson EN français ET de la musique avec toute mon énergie et la meilleure volonté.

Je vais me permettre un parallèle :

Prenons un maraîcher bio par exemple, qui après des années d'apprentissage du maraîchage décide de se lancer à son compte. Il va créer la structure de son entreprise, chercher des fournisseurs de semences, les sélectionner lui même, les cultiver dans le respect du produit et donc du consommateur, il sera son propre patron et pourra donc faire ses propres choix (dans le cadre légal bien entendu...). Il va falloir qu'il vende ses produits et donc qu'il trouve des clients.

Plusieurs choix s'offrent à lui :

 

  • Avoir une petite entreprise, 1 ou 2 salariés tout au plus, produire et vendre une petite quantité de légumes et gagner sa vie correctement.

  • Avoir une entreprise plus grosse, avec plusieurs dizaines de salariés, produire et vendre plus de légumes, tout en gardant la même qualité de produits.

En temps qu'ACI, nous sommes ni plus ni moins que des maraîchers. Il y a de petits maraîcher bio, des plus gros, il y a l'agriculture traditionnelle et il y a aussi l'agriculture de masse.

Chacun choisi son créneau et fait son chemin, car il y aura toujours des consommateurs de produits bio, et des consommateurs de produits aseptisés.

Dit comme ça, le métier d'ACI peut paraître moins poétique, mais c'est aussi le rôle du maraîcher que d'essayer de convaincre ses clients d'acheter ses produits car ils respectent l'Homme et la Nature et qu'on se sent bien après s'en être nourri.

Oui, un maraîcher bio peut vivre correctement de son métier même si le chemin est difficile, et oui, un maraîcher bio peut aussi choisir et se donner les moyens de vendre au grand public à force de travail et de persévérance. Ils ont un bel avenir devant eux ces maraîchers !

Y a t-il une question , à laquelle tu aurais aimé(e) répondre et que je ne t'ai pas posée ?

Heu...Peut être : Quel disque de Jenifer as-tu préféré ?

Ce à quoi j'aurais répondu : Aucun !

(Soit dit en passant, il se prépare actuellement un disque « Génération NTM » (dans la lignée de « Génération Goldman ») dans lequel Jenifer chantera, j'ai hâte d'entendre ça afin de prendre un bon fou rire...)

Merci Pierrick pour ta disponibilité et bonne route à toi !

 



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site