FRANCOIS GAILLARD  RENCONTRE AVEC
FRANCOIS GAILLARD

Photo Marie BOBIN 

Avec un nom pareil, il est franco-français. C'est pas d'sa faute. Et c'est pas non plus pour plaire aux z'élus du moment, qui se shootent à l'identitaire, car il gommerait bien toutes les frontières de tous les passeports du monde.

Alors, en "Citoyen du Monde", après dix années de scènes et trois albums, il enchaîne sans relâche ses "Traversées de la Scène à la Rage", résolument optimistes, généreuses et pleines d'autodérision.

Mais aujourd'hui,c'est plus précisément.....  à l'Auteur que 3-2-1-chansons s'est intéressé !
 

Depuis quand écris-tu et qui t'as donné l'envie d'écrire ?

Première chanson griffonnée en 1995, sur un lit de dortoir de caserne débile. Je ne dois pas être le premier à écrire ma révolte face à la bêtise militaire... Higelin l'a fait bien plus magnifiquement avec ses "lettres d'amour à un soldat de 20 ans", bien mieux que ma première chanson, que je n'oserais plus chanter ! C'était de la révolte un peu facile, de l'écriture un peu 1er degré; mais il faut bien des débuts !

Comment pratiques-tu.......as-tu une méthode de travail ?

Pour écrire? pas de méthode sinon : laisser mûrir une idée, sans jamais rien noter, pendant qq mois. Si l'idée est bonne, je ne l'oublie pas; sinon, je l'oublie et "tant mieux" : c'est que ça ne valait pas une chanson !
 
Après, le jour où je m'y colle, ça devient obsessionnel ! A chaque minute disponible, je ressort mon papier plié en 18 et je corrige, reprends, réécris, rature,... C'est un long, long travail de réécriture, de refonte du premier jet.

Ou trouves-tu ton inspiration et quels sont tes thèmes préférés ?

J'arrive à faire deux "types" de chanson :
* Les chroniques sociales, très inspirées d'actualité, "à la" cabaret chansonnier, avec les sujets qui m'agacent, qui me révoltent; souvent les questions de libéralisation effrenée, de sans papiers, d'écologie... sur nos démesures et ces habitudes qu'on prend (je me mets dans le lot !) de bagnole, de conso...
* Les chansons plus intimistes, les questions d'âge, de temps, d'enfance, de générations...

Je crains un peu les chansons d'amour, et je déteste les chansons ultra-quotidiennes ! Les sorties du samedi soir, les plantes vertes dans mon salon,... on s'en fout ! 

Est-ce que ta gomme est un instrument utile pour écrire ?
 

Non, pas de gomme mais des ratures dans tous les sens, et, au bout d'un moment, je réécris tout sur une nouvelle feuille de brouillon. Histoire de me le mettre dans la tête, de voir comme les mots "chantent". J'ai toujours, du coup, 36000 versions successives avant le point final. Jamais d'ordinateur, non plus. Du copier-coller à la main, et sans gomme ! 

La rythmique et la mélodie te « trottent »-elles déjà dans la tête à l'ébauche d'un texte qui deviendra chanson ?

 
Ca, c'est très variable. Parfois, le rythme (voire la mélodie) est déjà là à l'écriture (une valise pleine, comme va la vie, à la frontière...). parfois, ça reste  longtemps à l'état de texte; j'ai même parfois du mal à trouver une musique; j'ai souvent l'angoisse de "pomper" - inconsciemment - une musique d'un autre...
Il m'arrive maintenant de demander à d'autres ! Frédéric Bobin m'a écrit 2 musiques magnifiques (l'âge d'hiver et nocturnale), qui me montrent (1) que je me limite vite dans des schémas musicaux qui sont les miens et que j'ai du mal à en sortir (2) qu'il est très bon de s'entourer ! 

La page blanche te hante t-elle ?


Pour l'instant pas du tout ! parce que je sais que je peux rester des mois entiers sans écrire un mot, pendant que mes idées se mettent en place, plus ou moins consciemment. Il arrive toujours un jour où je me lance, et j'écris deux à trois chansons d'un coup !

As-tu des périodes privilégiées pour écrire ? Peux-tu écrire à la demande ?


La période privilégiée est la nuit ! quand la maison est calme...
je ne sais pas très bien écrire à la demande. Je crois que c'est arrivé une fois ou deux, mais ça ne produit jamais des choses exceptionnelles, ça a plutôt tendance à tomber dans le texte "exercice d'écriture"; ce genre de texte ne me convainc pas en général, car très technique et sans beaucoup d'émotion...

Ecris-tu pour d'autres ?


Ca ne m'est jamais arrivé encore ! 

Ecrire est-il vital pour toi?


C'est exactement le mot. je rajouterais même "chanter". Parfois j'apprends que tel ou tel groupe ou chanteur a arrêté; j'en suis toujours surpris, car je ne vois pas comment on peut "arrêter" ! Pour ma part, c'est comme arrêter de respirer : impossible !

Les périodes d'écritures sont-elles exaltantes ou déprimantes ?
 

Je parlais tout à l'heure de moments "obsessionnels" : je ne pense qu'à ça; c'est donc plutôt exaltant, et plutôt du "plaisir" !
 
Dans beaucoup de tes chansons , tu sembles obsédé par "le temps" le "temps qui passe" et malgré cette inquiétude face à cette "machine infernale" , tu nous écris des textes qui  font finalement des chansons optimistes.....Peux-tu nous en dire un peu plus , pourquoi cette obsession ?

Obsédé, est-ce le mot ? si l'obession est un truc qui vous rend dingue, je ne suis pas "obsédé" ! mais, disons, préoccupé par tout ça; je suis au milieu de deux générations, entre mes enfants (petits), tout beaux, qui s'éveillent à la vie et mes parents qui s'en détachent petit à petit... ça ne peut pas laisser indifférent, cette situation...
Et je crois être un sacré anxieux, du temps qui passe mais aussi de tout ce qui peut nous tomber à chaque instant sur le coin de la figure... J'essaie tant que possible d'appliquer le famuex "carpe diem", profite de l'instant mon gars... et, partant de là, j'espère que l'optimisme y est !


Si tu devais donner un seul conseil à un débutant parolier , ce serait lequel?

De ne pas écouter les conseils !!
On passe son temps à recevoir des conseils, des "tu devrais..."; évidemment ça a du bon, car ça nous ouvre parfois les yeux sur des défauts, des trucs à corriger. Mais à suivre tous les conseils, on deviendrait caméléons, on changerait tout le temps, quitte même à se détourner de "soi".
Si plusieurs personnes te font le même conseil, c'est sans doute qu'il y a quelque chose à corriger de ce côté-là...
Mais "le" conseil, le conseil définitif, c'est sans doute de se trouver, de ne pas ressembler à tel ou tel qu'on aime bien, se trouver "son" personnage !
 

Ta chanson préférée ?


Une seule, c'est trop dur !
Alors, en vrac, je les aime :
"c'est quand qu'on va où", "son bleu" de renaud
"ils vendent" de thomas pitiot, "je cours" et "cosmonaute" de lantoine. "qu'est-ce qu'ils sont cons les pauvres" de mon pote matthieu côte.
"saint vincent" des têtes raides. "allo paris" de mano solo
"philistins" , "la mauvaise herbe" de brassens. et sans doute aussi "le vieux léon"
"je chante pour vous", "de mémoire de rose", "kissinger" du père julos (beaucarne).
tiens zut, il y a pas de chanteuse ! "merci maman merci papa" d'agnès bihl. "je t'aime" de michèle bernard.

Allez, stop ! mais, une seule c'est impossible !! et j'en oublie plein, c'est sûr !

Estimes-tu que la musique et les arrangements soient aussi importants que le texte ?


Oui, ça a une grande importance, c'est certain. De là à dire que ça a "autant" ou "+" d'importance, je ne sais pas; musique, texte et arrangement, c'est un tout, une chanson, c'est les trois en même temps. Même si certains s'attachent + au texte, d'autres aux arrangements,...

De mon côté, je n'ai pas forcément les "compétences" d'arrangeur et de mélodiste. C'est là ma grande faiblesse, je n'arrive pas bien à faire des "mélodies" qui restent en tête; du coup je demande aux autres. Ma formule actuelle (accordéon-voix solo) ne permet pas de faire de "grands arrangements"; c'est pour cela que j'ai demandé à d'autres pour la réalisation de mon disque, et que je vais repartir en trio en scène l'année prochaine. 

Pour terminer, comment vois-tu l'avenir des artistes comme toi (ceux qui colportent la bonne chanson Française) ? Plus précisément peut-on vivre correctement de son Art aujourd'hui ?


Depuis que j'ai lancé ce solo accordéon-voix (avec ou sans vidéo), je joue beaucoup. Partout : dans la rue, dans des salons de particuliers, dans des salles cabarets, dans des grandes salles. Chaque situation est chouette et différente.

Par contre, en vivre, ça me semble difficile. Si l'on compte les dates pour lesquelles je peux réellement me faire des cachets, je n'arriverais pas au statut d'intermittent.

L'avenir est sans doute à faire ce métier en + d'un autre. L'idéal serait de se régaler dans les deux... mais faire exclusivement de la chanson et "en vivre", ça me semble hors de portée. Et puis d'ailleurs, est ce que c'est souhaitable? J'aime bien l'idée du chanteur qui prend le métro à 8h du mat pour aller bosser, qui garde un pied dans le "monde". !!

Y a t-il une question , auquelle tu aurais aimé répondre et que je ne t'ai pas posée ?


Pas de question, mais juste l'envie de dire que c'est grâce aux associations, aux fanzines, aux petits lieux qu'on arrive à chanter et à exister. Et que ce "réseau"-là, ce tissu est incroyablement vivant et énergique, même si "parallèle" aux médias et circuits commerciaux. Rien que ça, c'est beau !! La vache...

 



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site