Juliette à Gaveau

 

 JULIETTE

Juliette

Avec l'aimable autorisation d ' H.SOUCHAY pour les photos

  

Juliette Noureddine est née le 25 septembre 1962 dans le 17ième arrondissement de Paris. Son prénom lui vient d ’une grande tante maternelle, son nom d ’un grand- père Kabyle arrivé en France en 1920. Le reste de sa famille est originaire du Limousin. Son père, saxophoniste et clarinettiste, joue de la musique cubaine et brésilienne . Il travaillera plus tard avec Boulez et Bobby Lapointe.

 En 1969, la petite Juliette se met au piano, avec au départ un vieux professeur rébarbatif, remplacée à la retraite par une jeune femme ouverte et dynamique. Juliette pourra jouer des partitions d ’ Elton John. La musique fait partie de son univers. A 15 ans, elle commence à écrire et à chanter. Sa pre mière chanson s ’intitule « Ce soir, je couche avec Chopin ».

Juliette entame de brèves études de lettres et d ’ encore plus brèves études de musicologie! Repérée par un professeur pour son habileté à manier la langue, elle écrit quelques articles pour le « Petit futé ». Ce travail la conduit un soir dans un restaurant de Toulouse où la bourgeoisie locale vient s ’encanailler. Pour s ’amuser, elle chante un soir en s’accompagnant au piano. Le patron l ’embauche, elle y chantera tous les soirs pendant un an.

A cette époque, commence pour elle une vie de bohème: petits boulots la journée, tour de chant le soir dans les cafés, les restaurants. Son répertoire: Brel, Piaf, Bobby Lapointe…. Juliette donne son premier vrai spectacle en 1985 au centre culturel de Toulouse. Elle assure également la première partie d ’ artistes prestigieux ( Nougaro notamment…). La même année, elle participera au Printemps de Bourges. Elle obtient le Grand Prix de la Chanson Française, le Grand Prix de l ’ Académie Charles Cros. Son premier passage à la télévision se fera dans l ’émission Bouillon de Culture animée par Bernard Pivot.

 En 1997, elle est sacrée « Révélation de l’année » alors que sa carrière est déjà longue! aux Victoires de la Musique. En 1999, elle monte sur la scène mythique de L ’Olympia. A ce jour, elle a sorti de nombreux albums. Le dernier en 2005 « Mutatis, Mutandis » est un véritable succès! Juliette a signé les paroles et la musique. Aujourd ’ hui, Juliette poursuit son chemin. Artiste inclassable, éprise de liberté, guidée par le seul principe de plaisir!

Et l'année 2006 , me direz-vous : Juliette est l'interprète féminine de l'année au victoire de la musique...

Pour vous faire un gros plaisir ....pour donner du plaisir , offrez-vous ou offrez « Fantaisie Héroïque » le DVD live du concert au Grand Rex 2005 , avec G . Depardieu et F . Morel ! Et puis s'il vous reste quelques euros ....pourquoi ne pas rajouter le livre «  Mensonges et autres confidences » de Juliette ! Un véritable régal .

Comment ne pas vous encourager à visiter deux sites consacrer à Juliette l'un officiel....l'autre clandestin !

 

Bonne route Juliette et continuez à nous «  servir »vos belles chansons...

 CE QU' ILS ONT DIT DE JULIETTE....

 L'avis de la Fnac

Elle a le verbe truculent, l'érudition gourmande et une voix d'une énergie époustouflante. Auteure passionnée, musicienne chevronnée, Juliette est une chanteuse d'exception. Un autoportrait où se mêlent cahiers d'écriture, partitions, souvenirs et documents. On en redemande !

Mot de l'éditeur

Alors que triomphe son septième album Mutatis Mutandis – le premier dont elle a entièrement signé paroles et musiques – Juliette confie ici les clefs de son antichambre.
Qu’est-ce qui préside à ces fables étonnantes où Circé dispute le premier rôle à des chérubins tombés de leurs tableaux ? Ouvrez le tiroir, la boîte de Pandore, le sac à malices de l’artiste : Stephen King y côtoie la Comtesse de Ségur ; Tolkien, Flaubert ; la cumbia et le tango se frottent au rock sibérien diatonique… Juliette tord le coup aux poncifs les plus éculés et assume son kaléidoscope intime sans politesse. Les histoires baroques de Juliette puisent donc leurs sources aussi bien dans les nouvelles de Maupassant ou de Dino Buzzati qu’elle dévore, ou dans les jeux vidéos dont elle abuse. Auteure douée, mais avant tout musicienne chevronnée, Juliette nous introduit dans sa « cuisine » : thèmes empruntés au registre classique, jeux de mots endiablés, clins d’yeux à ceux qui ont forgé son oreille musicale…
À commencer par son père saxo-phoniste/clarinettiste, en passant par les artistes dont elle a usé les disques, d’Oum Khalsoum à Carlos Gardel, de Boby Lapointe à Jacques Brel, etc.
Au fil de commentaires et d’historiettes écrites par la chanteuse elle-même, l’ouvrage dévoile un autoportrait singulier, cahiers d’écriture (avec entre autres les manuscrits des chansons de son dernier album), partitions, souvenirs et documents de toutes sortes à l’appui...
D’une érudition délectable, Juliette s’impose ici comme une conteuse drôle et passionnée

 




 
Créé avec Créer un site
Créer un site