Clémence SAVELLI  Rencontre
avec
CLEMENCE
SAVELLI
  
 

RENCONTRE AVEC CLEMENCE SAVELLI POUR 3-2-1-CHANSONS

Rageuse, sensible, authentique, troublante, sans compromis, sociale, drôle, réaliste, poétique, la chanson que défend Clémence est avant tout une chanson libre. Et sur scène comme unique maison, elle nous plonge dans un voyage dont on ne ressort pas indemne; elle y décrit "les déboires, les silences, les chagrins, les soupirs, les combats, les histoires qui foirent" et nous rappelle que chanter c'est pour elle "déranger, raconter, partager, bousculer, se rappeler et mourir de dire". Pour en savoir un peu plus sur Clémence je vous invite à visiter son site et son myspace.......Mais aujourd'hui c'est à « l'Auteur » que 3-2-1-chansons s'est intéressé .....et pour en savoir un peu plus , nous lui avons posé quelques questions !
Mais avant ....regardez la vidéo de sa chanson : "Chomeur"' (extrait de son dvd qui va sortir prochainement) ,vous comprendez pourquoi Clémence est "le coup de coeur de 3-2-1-chansons" ce mois-ci !

Depuis quand écris-tu et qui t'as donné l'envie d'écrire ?

J’écris des chansons depuis seulement cinq ans, très sérieusement depuis trois. J’ai toujours voulu et aimé écrire depuis très jeune, mais mon envie viscérale de chanter n’a réussie à s’assumer que très tardivement, alors que j’étais toujours étudiante à l’Université. C’est ma rencontre avec Pascal Pistone, mon pianiste et co-compositeur, qui a fait considérablement s’accélérer les choses. Il m’a énormément encouragée à oser présenter mon travail sur scène, alors que je pensais ne jamais pouvoir être capable d’interpréter mes chansons.

Comment pratiques-tu.......as-tu une méthode de travail ?

Je n’ai pas de méthode. Ecrire est pour moi un acte solitaire, engagé. Texte et musique viennent parfois de paire très rapidement. Parfois je mets très longtemps à finir un texte. Mais je ne me suis jamais attablée à un bureau en me disant « il faut que j’écrive un texte ». J’essaie parfois de me faire violence, mais ça ne fonctionne pas.

Ou trouves-tu ton inspiration et quels sont tes thèmes préférés ?

Je n’ai jamais l’impression de « trouver l’inspiration ». J’observe beaucoup le monde, beaucoup les autres. Beaucoup de choses laissent en moi un goût très amer que je vais être amenée à retranscrire dans l’écriture. Je ne traite que des sujets que je connais ou auxquels je me suis intéressée de très près, et qui, bien sûr, me touchent énormément. Je parle d’histoires qui me semblent essentielles d’évoquer et qui me révoltent. La colère ou une grande émotion face à un évènement sont donc souvent l’élan de mon inspiration.

Est-ce que ta gomme est un instrument utile pour écrire ?

Gommer est un acte trop délicat pour moi ! Je rature beaucoup, je déchire parfois, je jette à travers la pièce souvent ! Je suis rarement satisfaite.

La rythmique et la mélodie te « trottent »-elles déjà dans la tête à l'ébauche d'un texte qui deviendra chanson ?

Comme je l’ai déjà évoqué, ces derniers temps, la musique préexiste souvent au texte, ou du moins vient en même temps. Les deux sont pour moi indissociables.

La page blanche te hante t-elle ?

J’ai des tas de débuts de chansons que je n’arrive pas à finir. Mais je n’ai pas peur de la page blanche : la vie regorge de rencontres, d’épreuves et de combats.

As-tu des périodes privilégiées pour écrire ? Peux-tu écrire à la demande ?

Non, pas réellement. Les moments où je peux me retrouver seule et isolée sont certainement plus propices à l’écriture. Je ne peux pas écrire à la demande. J’ai besoin du moment opportun, de l’émotion qui fera la différence. Si je ressens une pression quelconque, ma création stagne.

Ecris-tu pour d'autres ?

Non, pour le moment je ne l’envisage absolument pas. Je chante mes propres mots. C’est pour moi l’essence même du concept de chanson. Parce que j’écris des choses infiniment proches de moi, des combats qui sont les miens.

Ecrire est-il vital pour toi?

Vital est le mot.

Les périodes d'écritures sont-elles exaltantes ou déprimantes ?

L’écriture est exaltante quand paroles et musiques viennent sans contrainte. Parfois, je connais des périodes d’écriture très déprimantes car je ne trouve pas les bons mots, que je trouve mon travail médiocre, ou que je n’arrive pas à trouver un texte qui colle à une musique.

Ecrire, c’est en quelque sorte « la douleur du plaisir ».

Si tu devais donner un seul conseil à un débutant parolier , ce serait lequel?

Ne jamais suivre les conseils des autres !

Ta chanson préférée ?

Peut-être « Il n’y a plus rien » de Léo Ferré ou « Les amants tristes ».

Estimes-tu que la musique et les arrangements soient aussi importants que le texte ?

Bien sur, ils ont une importance capitale. J’entends souvent des textes que je trouve admirables et qui sont complètement gâchés par l’arrangement. La musique est la meilleure servante d’un texte. C’est ce qui dissocie pour moi chanson et poésie. Une chanson n’est pas forcément exaltante à lire sans musique. C’est l’interprétation vivante qui lui donne vie, et qui met en exergue la réelle substance du texte.

Pour terminer, comment vois-tu l'avenir des artistes comme toi (ceux qui colportent la bonne chanson Française) ? Plus précisément peut-on vivre correctement de son Art aujourd'hui ?

Dans l’état actuel de l’industrie musicale et du fonctionnement de la programmation musicale en France, je ne vois pas d’avenir, je ne vois qu’un combat. Même en dehors du monde de la variété, les chanteurs à texte qui sont très souvent programmés sont des chanteurs qui font des choses assez festives musicalement. Les programmateurs sont très frileux face à mon travail. Je n’ai pas de chansons d’amour ou très peu, j’aborde des thèmes sensibles, sociaux. Ce ne sont pas des chansons à boire ou à danser. C’est de la chanson très expressionniste et intimiste, accompagnée seulement par un piano et une contrebasse.

Aussi, je ne ménage pas l’auditeur. Ce que j’aime, c’est réveiller des choses en chacun de nous. A l’heure actuelle je ne vis pas de mon art, pour toutes ces raisons. Je voudrais seulement être programmée davantage parce que chanter est mon seul plaisir. J’ai fait beaucoup de concerts devant très peu de personnes ou dans des lieux totalement inappropriés à mon répertoire mais je ne me décourage pas.

Ya t-il une question , à laquelle tu aurais aimé(e) répondre et que je ne t'ai pas posée ?

Oui. Est ce que tu fais de la chanson pour être aimée ?

Non et ça marche très bien.

Merci Cémence .
 

 
 
     



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site