BERNARD JOYET

 BERNARD JOYET

( photo Antonio Pedraza )

Joyet est reconnu comme l’un des meilleurs auteurs et comparé aux plus grands : son premier album “Prolongations” qui sort en 2002 est considéré comme “l’un des plus attachants de l’année” par le Figaro, obtient quatre étoiles dans Le Monde de la Musique ... Télérama compare Bernard Joyet aux “Grands auteurs”... “Quelle alchimie pétulante en diable” écrit Bruno Pfeiffer dans Marianne. Bernard Joyet s’avère l’un des meilleurs auteurs de la chanson francophone” constate la revue Chorus ... Son tour de mots l’égale aux frangins qui se sont absentés, le cousin Brel, le bon Georges et le grand Léo” affirme Bernard Thomas.
Son premier spectacle “Prolongations” est présenté à Paris en 2002, puis en tournée. Novembre 2003, nouveau spectacle intitulé... “AU TEMPS POUR MOI ! présenté au ”Vingtième Théâtre” à Paris. Ce spectacle renouvelé et présenté au festival d’Avignon off en juillet 2005 s’enrichit régulièrement de nouveautés. Tournées en 2006 en France, en Suisse, en Belgique, au Québec ...

 Attention ! ... Bête de scène !!! : Joyet n’est pas simplement un auteur ; c’est aussi et surtout une “bête de scène”... Joyet occupe toute la scène et ça déménage ! On passe de l’émotion intense à l’humour décapant, du rigoureux récital à la comédie débridée, du Pierrot lunaire au pitre délirant, du politiquement incorrect à la généreuse utopie, du rire aux larmes, et toutes les générations s’y retrouvent. On est loin du “tour de chant” statique. L’espace et la lumière sont utilisés comme au théâtre... ... Avignon 2005 ... Un grand moment : Bernard Joyet, enchanteur du verbe, nous promène avec délice dans un univers poétique de dérision, de tendres maléfices et de douceurs rebelles. En quelques pas dansés, il offre ses mots en gerbes liées par les espiègleries de Nathalie Miravette, sa complice au piano (Chorus)... Diable d’homme dont les dérisions sont poésie et la poésie dérision” (La Marseillaise) ... “Une des plus belles écritures de la chanson française” (La Montagne).
Son deuxième album (enregistrement public) contenant, entre autres,12 chansons inédites, a obtenu quatre étoiles dans “Le Monde de la Musique” en mai 2004.

Pour voir l'agenda de Bernard et Miravette cliquez   ICI

 

CE QU'ILS ONT DIT DE BERNARD JOYET :

Bernard Thomas, journaliste, écrivain et critique de la rubrique théâtre au “Canard Enchaîné” écrit :
“... Son tour de mots l’égale aux frangins qui se sont absentés pour goûter les racines de pissenlits : cousin Brel, le bon Georges et le grand Léo...”

Jean Ferrat :
“... J’ai le sentiment de découvrir un “vrai” auteur. Quel profond plaisir j’éprouve, plus que cela d’ailleurs, une sorte de jubilation très intime...
... Ceux qui ne le connaissent pas encore peuvent se réjouir : ils vont faire, comme moi, une vraie découverte... Ah les veinards ! ...”

Allain Leprest :
”... Des mots ciselés à l’extrême, du sens sans que la rime ciselée à l’extrême ne le gâche, de l’émotion pour vous étreindre et du rire vrai, sans complaisance...”

Juliette :
“... Bernard Joyet est un auteur dont je n’hésite pas à dire qu’il est majeur, dans ce monde parfois tellement superficiel de la chanson. Chanter les chansons de Bernard, c’est avoir sous la dent de quoi mâcher, des mots, des allitérations, des jeux de rimes qu’on aimerait avoir trouvés soi-même ! Et s'il y a chez Joyet autant de sous-entendus graveleux que de promesses de tendresse, autant de gifles à l'hypocrisie bien-pensante que d'hommages aux plus nobles sentiments, c'est parce que le monde n'est pas tout d'un bloc; car c'est ainsi qu'on devient clown: parce qu'on est témoin d'une mort plus moche que les autres. Ou qu'on devient gérontophile ("Mignonne, allons voir si l'arthrose!") parce qu'on sera jamais vieux !
Chanter les chansons de Bernard c'est se payer des compagnes de scène vivifiantes mais puissantes avec du sens, du goût, de la cuisse !

Il se lance dans le solo, avec juste un piano pour l'accompagner, manière de se présenter à vous, habillé de ses sourires et de cette fausse timidité qui lui permet de vous faire entendre les pires provocations comme s'il susurrait des mots d'amour à l'oreille d'une belle. "
Juliette

Ces extraits sont tirés de l'excellent site de Bernard . Un conseil, visitez son Myspace.....

 

 

 




 
Créé avec Créer un site
Créer un site